« Respiration complète et profonde » (suite)

« Si l’inspiration complète n’appelle pas une expiration de bonne qualité, elle est probablement forcée ou exagérée (de même pour l’expiration par rapport à l’inspiration).
De même, l’incapacité de répéter une dizaine de fois qualitativement et quantitativement ce type de respiration indique un excès probable d’une ou des deux phases respiratoires.
Ainsi, toutes les respirations ne sont pas de même longueur.
Dans la pratique, la première respiration « complète est souvent moins longue que la deuxième, qui elle même entraine une troisième plus longue que la précédente, et ainsi de suite jusqu’à l’amplitude « maximum » que l ‘on est alors encore capable de maintenir pendant un certain nombre de respirations. (…)
On notera encore que la longueur proprement dite d’une respiration complète (inspiration et/ou expiration) varie selon qu’on se trouve au début, vers le milieu ou à la fin de la pratique (en principe la respiration s’allonge) et selon le type d’exercice réalisé.
Signalons enfin que le plus souvent, lors d’une « contre-posture », on n’exige pas de respiration très profonde. Au contraire, on laisse une certaine liberté respiratoire pour que l’effet « contre-pose » joue également son rôle sur la respiration, et par là, sur la récupération. »
F. Moors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.