« Grandir en humanité »

«  »Grandir en humanité » c’est-à-dire « s’humaniser ». Je suis convaincu que l’être humain est celui qui « a à » : il a à devenir lui-même, à cultiver son humanité, à se constituer comme pleinement et véritablement humain, à explorer et exprimer ce que l’on pourrait appeler ses « possibilités ultimes » – les plus hautes et belles de la condition humaine. Cette notion est profondément liée à la dignité de la personne humaine. Ce qui fait notre dignité, c’est que nous avons la responsabilité de nous-même, de faire quelque chose de nous. C’est ce travail d’humanisation que les différentes vertus nous permettent de cultiver. Du reste, cette finalité gouverne aussi notre rapport à la connaissance. Pourquoi cherchons-nous la connaissance ? Pour nous humaniser. Quelque chose en nous, en notre humanité, cherche le vrai, de la même façon que quelque chose en nous cherche le juste ; le bien ; le beau – bref, les supports d’humanisation. » Abdennour Bidar

Le sens du mot yoga selon TKV DESIKACHAR

« Qu’est-ce que le yoga ?
Le mot lui même dérive d’une racine sanscrite : yug qui a deux significations traditionnelles. La première, c’est « réunir deux choses », « unir ». (…) La seconde signification est « faire converger les mouvements de l’esprit » (…) Une autre signification, est celle « d’atteindre un point qui n’a pas encore été atteint. » (…) Un autre aspect important du yoga concerne l’action, car le yoga signifie aussi « agir avec pleine conscience et avec une totale attention ». Une des autres définitions du yoga est « l’union à la Vie ». Tout processus qui nous permet d’appréhender quelque chose de plus élevé que nous-même est aussi yoga. (…)

Avec autant de définitions à notre disposition, il est important de se souvenir que la pratique du yoga requiert une certaine orientation. (…) Elle implique une observation soigneuse de chacun des pas que nous faisons de manière à savoir précisément comment et où nous devons nous diriger. Que cette observation attentive conduise à une meilleure compréhension de la Vie ou plus de contentement dans l’existence ou à quelque autre résultat est une question purement individuelle. » TKV DESIKACHAR

Énergie intuitive – Énergie rationnelle.

Toute expérience humaine de base se fait soit à travers nos sens (de manière directe et intuitive), soit à travers nos pensées (de manière rationnelle). On est donc plus étroitement connecté avec notre corps quand on expérimente quelque chose avec le sens de la vue par exemple, et non à travers notre esprit conceptuel et nos idées. Il n’y a bien évidemment rien de négatif dans le fait de développer notre esprit conceptuel, mais nous utilisons moins cette autre capacité, plus intuitive, cette connexion naturelle à tout ce qui nous entoure. (…)
De manière concrète, il faudrait donc se rendre compte combien nous sommes dans une réalité dominée conceptuellement et retrouver le contact avec cette réalité ressentie…
Il faut développer non pas le fait de nommer les choses mais d’y être présent et d’élargir ce temps où l’on peut rester présent à notre ressenti corporel. On contacte alors un sentiment de sécurité interne et d’apaisement. Et en étant de plus en plus attentifs à ces énergies ressenties corporellement, en harmonisant ces différents niveaux de notre être, on va être de plus en plus présents à ce qui se passe et à notre environnement. Lène Handberg

« Une conscience du temps »

« Vous vivez comme si vous alliez vivre toujours, jamais vous ne songez à votre fragilité, vous ne considérez pas tout le temps qui est déjà passé ; vous le perdez comme si vous aviez un trésor inépuisable, alors que peut-être ce jour que vous donnez à un homme ou à une occupation est le dernier. »

« Celui qui cherche la sagesse est un sage, celui qui croit l’avoir trouvée est un fou. »

« Hâte toi de bien vivre et songe que chaque jour est à lui seul une vie. »

« Ce n’est pas que nous disposions de très peu de temps, c’est que nous en perdons beaucoup. »

Sénèque

« Personne n’est né parfait »

« Personne n’est né parfait, mais il existe pour chacun la possibilité de s’améliorer.
Les épreuves et les difficultés devraient faire de chacun de nous un être meilleur plutôt que de créer en nous des complexes et de nous étrangler l’esprit et le cœur.
Trouvez refuge dans les pensées nobles et justes et vous atteindrez la perfection. »
Swami Sivananda

Une jolie légende

« Tandis que Siva, le Dieu yogin initiait son épouse Parvati aux mystères du yoga, un petit poisson curieux s’immobilisa dans la rivière qui coulait à leurs pieds pour écouter attentivement la leçon :

Parvati l’aperçut et, le désignant à Siva, lui demanda de récompenser ce petit poisson pour l’intérêt et la sagesse dont il faisait preuve. Siva accepta et, changeant le petit poisson en homme, lui donna mission d’aller aider les humains en leur transmettant la science qu’il avait apprise.

C’est ainsi que matsyendra « Seigneur des Poissons » devenu un grand yogin, fit connaître le yoga aux êtres humains. »

« La non-violence est une question d’attitude »

« Le terme non-violence est souvent mal compris. Au niveau strictement biologique, la non-violence n’est pas possible, c’est une vue de l’esprit. La non-violence est une question d’attitude. Nous devons être guidés par notre attitude. Dans les sutra, Patanjali parle de l’amour et dit une chose merveilleuse : « l’amour est un produit de la non-violence ». Le concept de non-violence est la graine de l’amour universel. (…) Lorsque la non-violence est établie comme attitude, elle modifie profondément le comportement. Une nouvelle conscience de sauvegarde de la vie apparaît, une attitude nouvelle qui crée l’amour universel autour de nous et devient partie intégrante de nous-même. Quelque chose de très fort se développe et l’atmosphère change autour de nous. Elisabeth Alixant

« Humain grâce aux autres hommes »

« L’esprit de l’ubuntu * – cette idée très africaine que nous ne sommes humains que grâce à l’humanité d’autrui, a contribué fortement à notre désir universel d’un monde meilleur. Ce n’est pas « moi » tout seul qui peux « me » « découvrir moi-même » mais c’est bien « nous ensemble » qui pouvons apprendre à connaître et à apprécier respectueusement « les autres » et « nous-même ». Nelson Mandela

* La philosophie ubuntu est une philosphie humaniste africaine proche des notions de solidarité humaine et de dépendance mutuelle. Si le talent et la valeur de chaque individu sont reconnus, ils doivent servir l’intérêt commun. Le mot provient des langues bantoues africaines. Ubu signifie « ce qui enveloppe, l’unité », « être ». Ntu renvoie à l’action de développer, de devenir.
Ubuntu se traduit par : « Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous. » Bénédicte Lutaud

« L’amour n’est jamais bénin »

« … On pourrait dire que l’amour pour un certain arbre, ou même pour la Nature, est quelque chose de bénin, mais l’amour n’est jamais bénin. Il peut mobiliser, et il le fait, tout votre être. Ce que nous appelons « Nature » recouvre une infinité de réponses. Cela englobe l’exploration, la prise de risque, la révolution dans votre vie. (…) Cela vous révèlera à vous-même. Cela inspirera des artistes, des poètes et des philosophes. Cela ouvrira des voies pour la compréhension du sublime. » Etel Adnan

« Vivre en bonne intelligence »

« On a l’impression que l’homme d’aujourd’hui a rapetissé, qu’il a perdu cette immense conscience aimante où tous les êtres vivants et les choses réputées inertes sont hébergés et honorés, et qu’il devient lui-même en voie de disparition en oubliant sa qualité propre d’humanité, c’est-à-dire de bonté. (…) « Vivre en bonne intelligence » : l’expression me plaît. Elle conjugue la lucidité et la sensibilité, elle allie le coeur et la pensée afin de faire la place à l’autre, à ce qui nous entoure. Cette qualité d’humanité invite à veiller sur tout ce qui, matériel ou immatériel, fragile ou éternel, s’avère infiniment précieux. » Jacqueline Kelen

« Lorsque la beauté existe, tous les actes et tous les mouvements, dans chaque forme de relation, sont pleins et entiers, sensés et, par là même, saints. Quand cette beauté, cet amour font défaut, le monde devient fou. » Krishnamurti