« L’expérimentation personnelle »

« (…) dans la base du yoga, on sait que la connaissance de l’esprit et du corps s’apprend uniquement dans l’expérimentation personnelle. Et il ne faut pas oublier qu’il y a toujours une part de notre être qui échappe au pouvoir des mots et des idées : cette portion de réalité reste mystérieuse, car est de l’ordre du ressenti et intransmissible.
(…) Alors voici mon conseil : fixez-vous des objectifs simples, à votre portée, et avancez doucement, pas à pas, l’esprit et le coeur ouvert. »
S. Haskell

« La méditation n’a rien de magique »

« La méditation n’a rien de magique.
Comme le dit la Bhagavad-Gita :
« L’esprit est comme le vent, je suis comme le navire ».
Le vent a soufflé longtemps, très fort et dans toutes les directions. Il faut donc un effort pour le diriger. Une tentative restera sans résultat et il faut un certain temps pour obtenir un effet. (…) Il faut insister et persister. » TKV Désikachar

« Le petit rectangle de mon tapis »

« Je suis émue par les différences d’âges, de milieux, de silhouettes… Et lorsque nous pratiquons, tout se fond en une seule et belle unité. (…) Ces profils sereins qui esquissent un léger sourire intérieur, ce silence qui enveloppe la pièce d’un douce chaleur, tout cela est nouveau pour moi et réconfortant.
Un doute pourtant s’était insinué lorsque la salle s’était peu à peu remplie. Serai-je capable, moi l’asthmatique en perpétuel besoin d’air que seuls enivrent les grands espaces, de pratique avec, pour unique territoire, le petit rectangle de mon tapis ? Rien n’était moins sûr mais dans la détente et l’attention, à mon grand étonnement et contrairement à ce que je redoutais, se révélait en moi, comme en chacun, une retraite du coeur, un faculté à créer de l’espace à l’intérieur.
Après avoir exploré les parois du globe, j’aspirais à plonger dans les profondeurs de l’être, plus vertigineuses peut-être… » S. Bodet

Yoga – « Une sensibilisation profonde à la condition humaine »

« La pratique et l’étude du yoga permettent de s’observer avec une neutralité favorisant l’acceptation, mais aussi fournissent un outil de travail pour ne pas laisser les choses en l’état, pour affronter la réalité entrevue et la modifier. C’est un exercice à la fois d’exigence et d’humilité.
(…)
Je pense que le yoga amène à quelque chose comme une paix. Mais je dirai aussi que c’est une bataille. Il s’agit d’un amour qui n’est pas aveugle, qui va dans le sens du discernement, de la connaissance de soi et de ses limites. Un amour qui est une acceptation profonde la condition humaine. » B. Viard

Yoga – la pratique

La pratique – « ce mot désigne ce que l’on fait régulièrement avec son corps, son souffle et son mental : postures, exercices respiratoires, et attention mentale à ce que l’on est en train de faire. La pratique, c’est celà : une expérience d’unité, de dialogue entre ces trois composantes fondamentales de la personne : corps, souffle et mental. Pour le yoga, le souffle c’est ce qui relie les deux autres. » Béatrice Viard

« Chaque personne est unique »

« Pour faire l’expérience du yoga, il est indispensable que vous partiez de vous-même, en acceptant de vous exprimer librement dans le cadre de vos propres moyens physiques, émotionnels… C’est une règle absolue ! Votre vécu est unique, ce n’est pas celui de votre voisin ! Il n’y a rien à copier ni à imiter. Seule votre expérience s’inscrira en vous et, comme disait Bouddha, sans elle il n’y a pas de progrès possible.
Pour le yoga, chaque personne est unique. Il s’adapte à chaque individu et pas le contraire. » G. Blitz

« L’écoute – état de réceptivité et de présence »

« Pour que je puisse écouter, je dois dans un premier temps savoir m’arrêter, prendre du recul, passer d’un état du faire à un état du non faire.
Être à l’écoute de l’espace intérieur, prendre note des tensions, des épaisseurs, des agitations du mental. Et rien qu’en devenant présent à ce qui est là, à ce moment-là, une détente commence à s’amorcer, les épaisseurs se dissipent, le mental se calme.
(…) C’est à travers l’écoute corporelle que le mental se stabilise au mieux. Dans le lâcher prise qui suit la posture de yoga il s’agit de percevoir l’empreinte subtile, vibratoire de la posture. L’écoute plonge alors dans sa profondeur.
(…) le yoga donne sens à ce qui s’exprime à travers soi. » Sabine Douchaina

« La présence »

Quels conseils donneriez-vous à la nouvelle génération ?

« Nous sommes dans un monde un peu spécial. Un monde de communication. Grâce aux téléphones et à Internet, on peut parler à quelqu’un en Sibérie et l’information nous est transmise en temps réel. C’est fabuleux. Mais à mesure que se développe la communication, on perd parfois de vue l’importance de la présence. (…) Il est primordial que les jeunes prennent au sérieux la présence. Il faut qu’ils soient attentifs à l’imprévu, aux hasards de la vie qui les mettent en contact avec un autre différent. Et il ne leur faut pas fuir devant cette rencontre ! Au contraire, il leur faut se laisser la chance de découvrir l’autre, en écoutant son histoire. » Jean Vanier

« L’émerveillement »

« L’émerveillement est une faculté poétique qui se décide » explique le philosophe B; Vergely. (…) Il précise qu’enfants nous avons à peu près tous connu ces plages d’émerveillement en découvrant la beauté de la nature au cours d’une promenade puis nous avons basculé dans le conflit, le travail et la responsabilité avec « l’obligation écrasante de devenir » ajoute le psychanalyste E.de Parrot. (…) Bertrand Vergely constate que nous grandissons en laissant de côté notre capacité d’émerveillement pour une soif de comprendre le monde, d’élaborer des concepts, pour tout rationaliser, maîtriser. (…)
Il ne s’agit pas ni de se pencher avec nostalgie sur les souvenirs de l’enfance, ni de considérer certaines natures plus
heureuses que d’autres, mais d’opérer un choix conscient et libre en refusant l’aigreur et la peur : « S’émerveiller c’est décider d’arrêter d’être inquiet, et de jouir de ce qui vient avec gratitude. ».
Nous pouvons traverser des épreuves, vivre des angoisses sans vouloir toujours tout comprendre, et accepter de cheminer pour nous laisser toucher par la beauté du monde. C.Dubois-Pellarin

« TOUT est un moyen »

« Je ne sais rien, je ne peux rien, je n’y comprends rien, mais il y a le grand large, ça je le sais, il y à une chaleur d’amour pur, ça je le sais, et c’est pour cela que je suis venu au monde, et out le reste peut crouler, griffer, se débattre, – moi, je suis tranquille, il y a cet enfant-roi en moi, ce moi-moi du tréfonds, cette chaleur qui aime et qui est si vaste, si vaste qu’elle voudrait tout embrasser. »
« TOUT est u moyen, un prétexte pour vous conduire à la découverte d’une AUTRE profondeur de nous-mêmes. »
« Tout est très bien si on sait ouvrir les yeux et se servir de ce qui est là pour apprendre la leçon qu’on a à apprendre. Alors il n’y a rien à juger, rien à mettre en supérieur et en inférieur. Tout est un bâton pour avancer sur la route ».
« Mon rêve, et je veux y croire malgré toutes les apparences, c’est de réconcilier un jour l’aventure extérieure et l’aventure intérieure, que tout soit un même sourire, une même joie, un grand jaillissement spontané. »
Satprem