LE SOUFFLE (4)

« Respirons-nous ou sommes -nous respirés ? Le sanskrit prana, « respiration », renvoie à la source et à la force de la vie ainsi qu’à l’énergie vibratoire de toute manifestation. Les textes sacrés indiens décrivent le souffle vital de l’être vivant, rythmique et palpitant, comme la forme microcosmique de l’alternance du jour et de la nuit, de l’activité et du repos, du temps cosmique. Dans l’intervalle entre ses créations successives, le dieu Vishnou, ayant replié l’univers sur lui-même, dort, flottant sur l’océan cosmique dans les anneaux du serpent Ananta, « sans fin ». Sa respiration est profonde, sonore et rythmique, « la mélodie magique de la création et de la dissolution du monde ». C’est le chant du jars immortel, le doux ham-sa du souffle divin au sein du corps de l’univers et du centre de l’individu. « De même que les rayons d’une roue sont encastrées dans le moyeu, toutes choses sont ancrées au souffle vital  » (Chandogya Upanishad). Le yogi, par son inhalation-ham et son exhalation-sa conscientes, entend la même mélodie que la révélation de la présence intérieure de l’Atman, ou être suprême. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.