« Le temps comme une sphère »

« Tous les êtres vivants s’appartiennent mutuellement car nous ne sommes pas des êtres séparés, mais des dynamismes, ou les étapes d’un processus. Il n’y a pas de mort, seulement une transformation. Une grande différence peut être décrite entre les conceptions occidentales et les conceptions indiennes du temps.
La perception occidentale du temps est linéaire et progressive (…).
Chaque moment est considéré comme une étape par rapport aux autres ; chaque moment est supérieur aux moments précédents mais pas aussi agréable que celui qui suivra (…). Notre perception du temps, est, au contraire, sphérique – il n’y a ni passé ni futur, car ils font un avec le présent. Chaque moment du temps est propre à lui-même – l’unique interaction d’évènements infinis depuis le commencement du temps – et a des conséquences infinies. De même que chaque point de l’espace est le centre de l’univers, chaque moment est le centre du temps, l’unique et précieux instant auquel la Terre s’est préparée depuis son origine. Rien ne progresse, n’avance, ni ne s’améliore. Tout est dans tout ce qui a été et ce qui sera. Un arbre haut de trois pieds n’est ni supérieur ni inférieur à un arbre de trente pieds. Il n’est jamais ni supérieur ni inférieur à ce qu’il était, ou à ce qu’il sera. Il doit toujours être en harmonie avec lui-même. »
Gayle High Pine – Chef de la nation Oglala Lakota
Gayle High Pine – leader

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.